Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Reussir En Chine

Reussir En Chine

Ce Blog parle de la Chine des affaires, des clés pour réussir en Chine et avec les Chinois, des insolites.


La Chine, leader mondial des lignes de trains à grande vitesse

Publié par Jerome Berny sur 10 Novembre 2016, 15:00pm

Catégories : #Transport et logistique

Le Train à Grande Vitesse (en anglais HSR pour High-Speed Rail) se réfère communément à tout réseau ferré de trains commerciaux dont la vitesse peut monter à 200 km/h ou plus.

En septembre 2016 la Chine comptait près de 20 000 km de réseau ferré à grande vitesse, soit le plus grand réseau mondial, plus encore que le réseau de l'Union Européenne qui fut l'un des premiers à se développer. 

La Chine peut aujourd'hui relier 28 de ses 33 provinces par des lignes de trains à grande vitesse.

La Chine, leader mondial des lignes de trains à grande vitesse

Ce large réseau ferré offre des prix intéressants pour les voyageurs chinois. Bien que le prix d'un siège en deuxième classe soit en moyenne deux à quatre fois plus cher que le coût d'un billet de train conventionnel, il reste bien inférieur aux tarifs appliqués dans les autres pays utilisant des rames de TGV, pour un service équivalent.

Par exemple, le billet de train reliant Pékin à Jinan coûte 185 yuans (environ 25 euros) pour une distance de 419 km. A titre de comparaison, le même trajet par train normal coûte 73 yuans, soit moins de 10 euros. Le train à grande vitesse qui relie New York à Washington DC propose des billets à environ 140 euros (c'est l'un des plus chers au monde) pour 370 km, alors qu'un billet Paris Clermont-Ferrand en TGV coûte dans les 60 euros pour un parcours de 420 km. 

La Chine, leader mondial des lignes de trains à grande vitesse

Des coûts de production très compétitifs

Plusieurs facteurs déterminent le coût de construction d'une ligne de trains à grande vitesse. Parmi les plus impactant, il y a la vitesse maximale visée, le type de rails, la topographie du parcours (les zones montagneuses nécessitent la construction de tunnels et de ponts), les conditions climatiques (les zones de grands froids nécessitent des installations particulières), le coûts d'acquisition des terres (plus chères en zones denses et urbaines) et la construction d'importants ouvrages d'art ou de méga stations.

Les coûts associés à la construction d'une ligne de TGV en Chine sont, selon la Banque Mondiale qui finance en partie ce type d'infrastructures, 20% à 30% moins élevés que dans les autres pays industrialisés.

En Chine, la construction d'une ligne type autorisant une vitesse maximale de 350 km/h coûte entre 15 et 19 millions d'euros au kilomètre, avec un ratio élevé de tunnels et de viaducs. En Europe, le coût d'un projet identique varie entre 22 et 35 millions d'euros au kilomètre alors que dans certaines régions, comme la Californie (USA), il avoisinerait les 55 millions d'euros au kilomètre.

La Chine, leader mondial des lignes de trains à grande vitesse

Pourquoi une telle compétitivité ?

En dehors d'un coût de main d'œuvre bien plus bas que dans d'autres pays industrialisés, qu'est-ce qui justifie cette compétitivité chinoise dans la construction de lignes TGV ?

Parmi les facteurs engendrant des baisses de coûts considérables, il y a notamment une dynamique industrielle impulsée par le gouvernement central à travers un plan de construction de 10'000 km de lignes à grande vitesse sur une période de 6-7 ans. Ce plan pluriannuel d'infrastructure de transport ferré donne de la visibilité aux industriels du secteur leur permettant ainsi d'investir massivement dans des équipements et des technologies de construction efficaces qui pourront être rentabilisés sur plusieurs gros projets. La construction de nombreuses lignes en quelques années seulement a également permis de standardiser au maximum les matériaux ou d'autres composantes des projets, engendrant ainsi des économies d'échelle et donc des réductions de coûts. C'est notamment le cas pour les rails, les systèmes de signalement, les moyens de communication ou encore les systèmes électriques.

Un autre facteur important est le faible coût d'acquisition des terres (et de réinstallation) qui ne représente que 8% du coût total d'investissement d'un projet de ligne en Chine. A titre de comparaison, le ratio s'élève à 18% en Californie.

La Chine, leader mondial des lignes de trains à grande vitesse

L'exemple du SLJ900/32

Les industriels chinois sont particulièrement performants dans la construction à bas coûts de ponts et de viaducs, grâce notamment à d'impressionnantes machines capables d'automatiser la constructions de ces ouvrages d'art, comme le désormais célèbre SLJ900/32. Cet incroyable engin de 580 tonnes et de 91 mètres de long, développé par les ingénieurs de la Pékin Wowjoint Machinery Company, est capable d'assembler le tablier d'un viaduc comme on assemblerait un mécano, en glissant sur chaque pilier ! Une technique très efficace qui permet de réduire considérablement les coûts de construction des viaducs en supprimant les besoins en coffrage ou en échafaudages.

La Chine, leader mondial des lignes de trains à grande vitesse
La Chine, leader mondial des lignes de trains à grande vitesse
La Chine, leader mondial des lignes de trains à grande vitesse

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents