Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Reussir En Chine

Reussir En Chine

Ce Blog parle de la Chine des affaires, des clés pour réussir en Chine et avec les Chinois, des insolites.


La carte de visite, accessoire essentiel du businessman en Chine

Publié par Jérôme Berny sur 29 Septembre 2016, 22:15pm

Catégories : #Travailler en Chine

Lorsqu’une personne se présente à nous pour la première fois, bien souvent, avant même un « bonjour » ou une poignée de main, c’est sa carte de visite qui fera l’introduction. En Chine, on ne se présente pas avec des mots mais avec des cartes de visite, accessoire indispensable à toute approche relationnelle. Tous les hommes d’affaires chinois ou étrangers en possèdent. Même si nous ne dépendons d’aucune structure professionnelle ou associative, il faut impérativement s’en procurer.

La carte de visite, accessoire essentiel du businessman en Chine

En Occident, l’échange de cartes de visite est une banale étape protocolaire. En Chine, une telle action est, au fil des années, devenue bien plus raffinée. Donner sa carte et recevoir celle de son interlocuteur y est devenu l’expression d’un respect réciproque, un échange de politesse. Cette étape introductive est comparable à la valeur d’une poignée de main dans certain pays étrangers.

Sachant cela, ne pas avoir de carte à présenter, c’est un peu comme refuser de serrer une main tendue ; le lecteur comprendra alors l’importance de toujours avoir des cartes sur soi et en quantité suffisante.

Lorsque nous présentons une carte de visite ou lorsque nous la recevons, il est de coutume d’utiliser les deux mains et de s’incliner légèrement, par humilité. L’utilisation des deux mains est en règle générale une marque forte de respect.

La carte de visite, accessoire essentiel du businessman en Chine

La carte doit être présentée de manière à ce que le destinataire puisse la lire directement. La face visible doit si possible être dans la langue de notre interlocuteur et dans le sens de lecture approprié.

Gardons toujours à l’esprit que l’échange des cartes, c’est comme une poignée de main. C’est un geste qui doit être respectueux et sincère. Evitons de considérer cela comme un protocole inutile, un acte machinal.

Une carte de visite est un élément qui permet d’identifier une personne. L’une des informations de base y est le nom, et un nom, ça se respecte. Quand nous recevons une carte, prenons donc la peine de nous y intéresser. Au moins, faisons semblant, cela évitera à notre interlocuteur de se sentir négligé ou ignoré et d’avoir l’horrible sentiment de « perdre la face ». Attardons-nous donc sur la carte quelques secondes. Si tout est en chinois et que nous n’y comprenons rien, une bonne manière de s’y intéresser est de demander comment se prononce le nom.

Lors de la discussion qui s’ensuit il est préférable de garder la carte près de soi, posée sur la table ou tenue dans la main. Cela aura l’avantage de montrer un certain intérêt de notre part et de rassurer notre interlocuteur.

Une fois l’entrevue terminée, la Míngpiàn restera généralement le seul lien qui nous permettra de rester en contact avec la personne fraichement rencontrée. Si nous donnons l’impression de négliger une carte de visite, cela risque fortement d’être perçu comme une volonté de couper cet unique lien qui permettrait une relation plus avancée. C’est une façon d’afficher ouvertement notre intention de stopper net le processus relationnel qui vient d’être amorcé. Il est ainsi possible, rien qu’en observant comment se comporte un interlocuteur avec notre carte de visite, de rapidement évaluer les chances de succès d’une entreprise d’intégration relationnelle.

La carte de visite, accessoire essentiel du businessman en Chine

Le contenu d'une carte de visite

Il y a quatre informations essentielles qui doivent être visibles sur une carte de visite. Ces quatre éléments sont par ordre d’importance, la structure, le poste, le nom et les coordonnées.

Prenons l’exemple d’un directeur d’usine qui reçoit régulièrement des visites de délégations gouvernementales. De telles entrevues sont en Chine très fréquentes. Les nombreuses branches ministérielles aiment à se déplacer en groupe affichant ainsi leur proximité avec les acteurs industriels locaux. Ces réunions se déroulent généralement autour de grandes tables ovales.
Là, les cartes de visite peuvent être d’une grande utilité. Elles permettent tout d’abord d’identifier l’unité administrative en présence. Ensuite, elles renseignent sur la hiérarchie des personnes. Ce dernier élément est très important car il permet d’évaluer le pouvoir décisionnel du groupe de visiteurs. Elles informent également sur le nom de chaque personne, ce qui sera fort utile au moment de les interpeller. Enfin, grâce aux coordonnées qu’elles affichent, les cartes constitueront, après l’entrevue, le seul lien qui nous permettra d’entretenir d’éventuelles futures communications.
Dans de telles réunions, je posais les cartes de visite devant moi, dans le même ordre que celui des gens assis autour de la table. Cela me permettait de savoir qui m’adressait la parole et comment interpeller les différents acteurs de la séance. Comme lors d’un repas, l’analyse du placement des personnes représente un moyen fiable de définir la structure hiérarchique du groupe en présence. Les individus se placent toujours selon un ordre hiérarchique logique. Le plus haut gradé s’assiéra en face de nous, sur la partie longue de la table. Au fur et à mesure que nous nous rapprocherons des bouts de table, le niveau hiérarchique des personnes diminuera.  

Il est conseillé d’avoir une carte bilingue avec par exemple le recto dans la langue d’origine et le verso en chinois. Il est également possible de mettre les deux versions sur une même face mais les informations doivent rester claires et facilement lisibles.
Beaucoup de Chinois ne lisent pas l’alphabet latin et expriment les pires difficultés à prononcer un nom étranger (de même qu’un Occidental a beaucoup de mal à prononcer les intonations de noms chinois). Mieux vaut donc s’adapter au mode de communication local et cela passe par l’attribution d’un nom chinois.

La structure

Ce que j’appelle la structure est ici la personne physique ou morale que nous représentons. Ce peut être une entreprise, un ministère, une association ou tout simplement une profession (pour les indépendants). Cette information peut également être vacante.

Si notre entreprise est déjà implantée en Chine, elle possède obligatoirement un nom chinois. Dans le cas contraire, il n’est pas nécessaire de traduire l’appellation de notre structure, sauf si ce nom évoque expressément l’activité concernée, comme par exemple « Savon de Marseille » ou « Tuilerie Henri ». Si le nom de notre structure ne suggère aucune activité, il est alors recommandé d’ajouter une petite phrase, sur la version chinoise, évoquant précisément le domaine de compétence. Ce complément d’information doit être sobre et concis, comme par exemple : « Fabricant de couteaux », « Designer d’intérieur » ou encore « Distributeur de matériel sportif ». Nous serons ainsi plus facilement identifiables dans une pile de cartes ou dans un classeur.
Si l’entreprise que nous représentons jouit d’une position dominante sur un marché, il peut être judicieux de le signaler. Une telle réputation peut s’annoncer à l’aide de phrases types: « Leader européen d’embouteillage industriel » ou encore « Leader français du conseil en stratégie d’entreprise ». Les Chinois sont très sensibles à la notoriété des entreprises avec lesquelles ils traitent. Une entreprise leader sur son marché est un gage certain de qualité, donc d’assurance.
Les noms des structures gouvernementales ou associatives doivent, eux, être traduits précisément.

La carte de visite, accessoire essentiel du businessman en Chine

Le poste

Le poste est une information capitale car elle permet à un interlocuteur d’évaluer rapidement la stature sociale de la personne représentée. Nous avons déjà vu l’importance d’une telle reconnaissance au sein d’une communauté d’individus.

Le poste devrait également permettre d’évaluer le pouvoir décisionnel de son représentant. Dans un contexte d’affaires souvent opaque et grouillant d’intermédiaires plus ou moins légitimes, une telle information devient en théorie capitale. Je dis bien « en théorie » car dans la réalité, les choses sont moins rationnelles. Consciente qu’un poste mal énoncé est souvent préjudiciable, la grande majorité des Chinois s’attribue une hiérarchie généreuse, voire totalement fictive. Les postes ont la fâcheuse tendance à être gonflés, améliorant ainsi la crédibilité de leur détenteur. Il est, en réalité, difficile d’établir le véritable niveau de responsabilité d’un interlocuteur sur simple lecture de sa carte de visite. Méfions-nous donc des déductions hâtives. Mieux vaut évaluer la valeur réelle d’un poste en discutant avec le sujet.

La grande majorité des cartes que nous recevons en Chine  annonce des postes tels que Président, Directeur ou Responsable de quelque chose. Nous non plus ne devons donc pas hésiter à gonfler nos responsabilités. Savoir se mettre en valeur est une compétence vitale dans le monde des affaires chinois. C’est la façons la plus directe d’exhiber notre réserve de potentialités et ainsi d’attirer l’attention de notre entourage.

Voici une liste de termes souvent utilisés sur la version anglaise des cartes de visite en Chine : Manager, Director, Chief, Head, Supervisor, Representative, Expert, chairman, President.
J’ai un jour reçu une carte où la personne se présentait comme : Chairman Head / Chief of Directors. Cet individu paraissait ainsi tellement fier et attaché à la représentation de son poste que cela en était suspect.  

Le nom

Choisir un nom chinois est un exercice qui, à première vue, peut sembler amusant. Attention cependant à ne pas négliger cette étape en s’attribuant un nom farfelu qu’il sera ensuite difficile de porter. Un nom chinois mal choisi peut avoir des conséquences inattendues. Dans le meilleur des cas, il provoquera la risée de notre entourage à chacun de ses rappels et cela deviendra vite pénible. Dans le pire des cas, un nom mal approprié pourra compromettre un certain nombre de nos relations, rendant ainsi incertaine notre réussite.

Il est important de savoir qu’en Chine les noms qui sont attribués aux nouveau-nés ont quasiment tous une signification bien précise. Lorsqu’un Chinois nous demande notre nom, il nous interroge également, quasi systématiquement, sur sa signification.
Un nom chinois bien choisi doit avoir une bonne signification. De plus, sa prononciation ne doit pas être ambiguë. Il existe de nombreux caractères à consonance très proche qui ne diffèrent que par l’intonation avec laquelle ils sont prononcés. Ainsi, un nom ayant une bonne signification peut être proche phonétiquement d’une insulte ou alors de termes dévalorisants. Mieux vaut donc éviter de s’attribuer un patronyme qui, à sa mention, risque d’évoquer quelque chose de déplaisant ou de tabou.

Les noms chinois se composent généralement de deux ou trois caractères, le premier d’entre eux correspondant toujours au nom de famille alors que le ou les deux suivants évoquent le prénom. Il me semble préférable de rester dans ces normes.
Bien souvent, les étrangers se font attribuer un nom qui est phonétiquement très proche de leur appellation d’origine. C’est notamment le cas des personnes connues. Par exemple, le nom Michael Jackson était traduit par les caractères 迈克尔杰克逊 (Mài Kè Er Jié Kè Xùn) et se prononçait plus ou moins ainsi : Maille-queu-euh Djié-keu-hssünne. En répétant cette formule encore une fois sans hésitation, le lecteur pourra alors entendre une vague ressemblance avec le nom Michael Jackson.
Généralement de telles transpositions donnent des noms sans réelle signification et comprenant 5 ou 6 caractères, ce qui est trop. C’est peu pratique, mieux vaut donc se rapprocher des standards habituels.

Il existe plusieurs approches qui permettent de se trouver un nom chinois. Nous pouvons par exemple décider de chercher des combinaisons de deux ou trois caractères qui sont phonétiquement proches de notre nom de famille ou de notre prénom. À nous ensuite de sélectionner la combinaison qui possède la meilleure signification.
Par exemple, mon prénom est Jérôme et je l’ai traduit par 杰泓 (Jié Hóng), qui se prononce Djié Rong. Le caractère 杰 (Jié) est très souvent utilisé dans les noms, il évoque le concept d’excellence, d’homme d’élite, de héro. Le 泓 (Hóng) est un caractère plus rare, il évoque l’étendue et la profondeur, comme peut l’être un océan. Notons que la rareté d’un caractère est souvent perçue comme une marque d’érudition donc de noblesse. Ces deux caractères associés évoquent donc une idée de perfection, d’idéal.
Un nom bien choisi doit évoquer quelque chose de plaisant. Il ne sera, en Chine, jamais considéré comme prétentieux. Il sera au contraire une source de compliments.

Quelle que soit la méthode utilisée pour l’obtention d’un nom chinois, il est vivement conseillé d’en sélectionner préalablement trois et de les tester auprès de quelques personnes pour voir leur réaction. Comme les Chinois sont très sensibles à la signification des noms, il sera facile de voir l’effet que provoquera leur énonciation. Les commentaires qui en découleront seront de très bons indices pour le choix final.

La carte de visite, accessoire essentiel du businessman en Chine

Les coordonnées

La dernière information essentielle qui doit être présente sur une carte de visite se rapporte aux coordonnées. Ces dernières ont pour but de nous rendre disponibles et joignables par la suite.

Une adresse est nécessaire, c’est généralement celle de la structure dans laquelle nous passons le plus de temps. Il est important d’y inscrire au moins un numéro de téléphone et une adresse e-mail.
Si nous voyageons souvent en Chine, mieux vaut obtenir un numéro local. Beaucoup de Chinois ne peuvent pas appeler des numéros internationaux ou n’osent pas le faire. Nous serons donc plus facilement joignables avec un numéro local. Les hongkongais qui voyagent très souvent en Chine (et ils sont nombreux) possèdent tous deux cartes de téléphones portables.  

Maintenant, il est important de bien choisir le ou les numéros qui seront affichés sur notre carte de visite. N’oublions pas que notre carte est censée être distribuée à un grand nombre de personnes et de structures.
Doit-on dévoiler son numéro de téléphone portable au risque d’être ensuite harcelé jour et nuit par des solliciteurs résolus et tenaces ? Cela va bien évidemment dépendre de la convoitise que nous générons ainsi que de la nature des récepteurs. Certaines personnes sont des « oreilles rouges », c’est-à-dire de fervents utilisateurs de téléphones portables alors que d’autres n’apprécient pas d’être trop souvent dérangées, préférant ainsi les emails ou les prises de rendez-vous.
Il est certain qu’un cadre administratif haut placé ne distribuera pas son numéro de téléphone portable à n’importe qui. Il apposera sur sa carte un numéro d’accueil où une secrétaire filtrera tous les appels. Le choix nous appartient.

C’est donc à nous de trouver le juste niveau d’accessibilité. S’il est trop élevé, nous risquons d’être constamment dérangés. En revanche, s’il est trop bas, nous serons difficilement joignables et risquons donc de compromettre la bonne intégration de certaines relations potentiellement intéressantes.
Il existe une astuce simple qui permettrait de combiner ces cas extrêmes : avoir deux versions de carte de visite. Sur l’une d’elles, celle qui sera distribuée lors des rencontres les plus prometteuses, serait apposée le numéro personnel. L’autre carte, destinée aux rencontres plus aléatoires, n’afficherait quant à elle qu’un numéro professionnel.

Extrait de "Réussir en Chine, grâce aux cercles d'amis"

Commenter cet article

cécile 16/06/2011 16:51


Aujourd’hui, de nombreux sites Internet permettent de commander en ligne des cartes de visite. Si le principe est tentant, attention tout de même car les offres diffèrent sensiblement d'un
prestataire à l'autre et certaines options peuvent rapidement faire grimper les prix!!
Je suis professionnelle et je viens de commander mes cartes sur un site (www.bce-online.com/fr) très bon. J'ai réalisé mon fichier (comme vous suggérez au-dessus) et ils procèdent avec
l'impression. L'aspect innovant dont je suis très contente est qu'ils disposent des matériaux originels et de haute qualité. J'ai choisi le Pvc métalisé mais on trouve aussi le Pvc policristal,
satiné, transparent et voire l'or et l'argent!


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents